Parrainge : en juin la ruche bourdonne

8 juin 2021

Le mois de juin est une période de forte activité pour les abeilles. Les floraisons sont nombreuses et la ruche bourdonne de toute part. C’est donc aussi une période intense pour l’apiculteur, qui doit redoubler de vigilance.

 

 

Que se passe-t-il dans la ruche en juin ?

Jusqu’au 20 juin environ, la Reine pond très activement, jusqu’à 2 000 œufs par jour ! La ruche peut alors accueillir environ 50 000 abeilles. Les abeilles cirières continuent de bâtir les structures alvéolées de la ruche, les rayons. Ces alvéoles servent à stocker le miel, le pollen ou le couvain. Une bonne construction est donc primordiale. Comme au mois de mai, les essaimages sont encore nombreux et il n’est pas rare d’observer de belles « grappes » d’abeilles sorties de leur ruche !

 

De son côté, l’apiculteur…

Au mois de juin, les abeilles sont encore très actives et la production de miel augmente. Il est temps d’effectuer la récolte du miel de printemps, qui sera bien différent du miel d’été. L’apiculteur ne prélève que les cadres dont les alvéoles sont operculées. Le miel contenu dans les alvéoles non operculées est trop humide et doit encore maturer avant d’être récolté.

L’apiculteur doit aussi s’assurer que les abeilles ont suffisamment de place pour poursuivre la production de miel. Il ajoute des hausses dès que c’est nécessaire. Enfin, pour certains apiculteurs, juin rime avec transhumance. L’apiculteur peut déplacer ses ruches pour les installer dans un environnement floral propice à la production d’un bon miel d’acacia ou de lavande par exemple. Ce déplacement ne peut être fait que si 20 % des fleurs sont déjà ouvertes et assurent suffisamment de pollen pour la colonie.

 

 

Zoom sur l’impact de la météo sur le comportement des abeilles

Les abeilles sont très sensibles aux conditions météorologiques et ne sortent butiner que si les températures dépassent 14 degrés et qu’il n’y a pas de vent. Lorsque les conditions sont idéales, nos butineuses sont très douces et l’apiculteur peut travailler sans crainte à leur contact. Mais dès que la météo est moins favorable (orage en approche, vent, froid…), les abeilles sont stressées et peuvent devenir agressives en voulant protéger la colonie. On comprend donc aisément pourquoi les apiculteurs évitent d’ouvrir les ruches quand les températures sont inférieures à 14 degrés ou qu’il y a de fortes rafales de vent !

Source “Un toit pour les abeilles”