Parrainage : ça butine en mai !

20 mai 2021

Au mois de mai, la ruche bourdonne de toutes parts et son activité est à son maximum. Les abeilles profitent d’une très grande variété de fleurs à butiner. Elles rapportent à la ruche d’importantes quantités de pollen et de nectar. Pour les amoureux des abeilles, cette période de l’année est la plus riche pour les observer à l’œuvre !

 

Que se passe-t-il dans la ruche en mai ?

La Reine pond abondamment et la population de la ruche croit rapidement pendant le mois de mai. Dans une colonie, on compte alors 15 000 butineuses chargées de récolter du pollen et du nectar ! Au sein de la ruche, ce sont 30 000 autres abeilles qui réceptionnent cette précieuse récolte pour la transformer en miel. Une sacrée organisation ! Le mois de mai est également celui où l’on dénombre le plus d’essaimages.

 

 

De son côté, l’apiculteur…

La saison a déjà commencé depuis plusieurs semaines et dans les ruches les plus actives, certaines récoltes seront bientôt prêtes ! L’apiculteur doit donc préparer sa miellerie et son matériel. Il continue de poser des hausses qui donneront davantage d’espace aux abeilles. Le mois de mai est aussi la bonne période pour récolter du pollen en posant une trappe à pollen à l’entrée de la ruche. Enfin, comme tout au long de l’année, il faut rester vigilant pour prévenir les éventuelles attaques de prédateurs, comme le frelon asiatique.

 

 

Zoom sur le frelon asiatique

Depuis quelques années, le frelon asiatique est un des prédateurs qui s’est le plus développé et installé en France. S’il peut être dangereux pour l’homme, il l’est aussi pour les abeilles. D’où vient le frelon asiatique ? Comme son nom l’indique, le frelon asiatique est originaire d’Asie. Il aurait été importé dans des poteries chinoises livrées en France en 2004. En seulement quelques années, il s’est largement répandu et développé dans toute l’Europe.


Quelles sont les conséquences du développement du frelon asiatique ?

Si les abeilles asiatiques ont développé des mécanismes de défense contre ce frelon, cela n’est pas le cas de nos abeilles locales qui se retrouvent complètement vulnérables face à ce nouveau prédateur. Le frelon asiatique se nourrit principalement de fruits et d’abeilles. C’est un vrai fléau chez les apiculteurs car ces insectes peuvent décimer une colonie entière en très peu de temps.

 

Si un essaim d’abeilles se pose chez vous, surtout pas de panique ! Vous pouvez contacter un apiculteur proche de chez vous pour venir le récupérer.

Source “Un toit pour les abeilles”