DEPUIS MA FENÊTRE…
Yvonne Caillet

22 octobre 2021

L’OPH de la Meuse vous présente ses locataires à travers le département. Découvrez des témoins uniques et précieux.

Rencontre avec Madame Caillet, ou Yvonne pour les intimes

Installée depuis 48 ans, Yvonne est arrivée le 1er avril 1973. Depuis sa fenêtre, elle a vue sur l’un des collèges de la ville où elle pouvait voir son fils de temps en temps. Voilà un bon moyen de vérifier qu’il ne faisait pas l’école buissonnière. Cette charmante locataire de 74 ans fait le bonheur de tous les habitants. Véritable médiatrice, elle s’occupe de ramener de la douceur en cas de désaccord entre voisins. Aujourd’hui, Yvonne nous raconte son parcours au sein d’un immeuble de l’OPH de la Meuse.


48 ans avec l’OPH de la Meuse

Elle en a vu des locataires passer et des histoires naître. Yvonne nous racontait avec émotion que certains jeunes de l’époque, aujourd’hui adultes, qui avaient fait leur vie dans les « grandes villes » comme elle aime le dire, étaient revenus vivre dans l’immeuble. Après plusieurs années d’absence, ils étaient plusieurs à avoir fait leur retour. Plus qu’un quartier, c’est une maison, un lieu de vie dans lequel on se sent bien. On n’est jamais mieux que lorsqu’on se trouve un véritable chez soi.


L’anecdote by Yvonne

« Mes chats, c’est comme mes petits-enfants. Je n’en ai pas alors je compense. Depuis des années je m’occupe des chats errants et abandonnés et je les nourris quotidiennement. En ce moment, ils sont entre 8 et 10. J’ai été bénévole à la SPA pendant de très nombreuses années. On m’appelle la ‘Dame aux chats’ et j’avoue que ce petit nom me plaît bien. J’ai créé un petit espace spécialement adapté pour nos amis à quatre pattes dans le sous-sol de l’immeuble. M’occuper d’eux c’est un moyen de me rendre utile. »

 

Le témoin des années

Le quartier n’a pas vraiment changé. Il s’est embelli et la vie est calme et paisible chez Yvonne. L’immeuble, les arbres, les maisons non loin de là, tout est identique. Ce sont les gens qui ont changé, et les voitures… « Les jeunes, il serait temps de poser vos téléphones ». Et si le vrai changement était là ? Reconnectons-nous les uns aux autres et écoutons Yvonne.
« Mais ne croyez pas que tout est rose ! » Pour vivre sereinement, les habitants du quartier sont très actifs. Les voisins s’entraident et n’hésitent pas à nettoyer la rue ou les parties communes de temps en temps. Et le collège, lui, il est toujours debout. Chaque année, de nouveaux jeunes arrivent et défilent devant ses fenêtres. La vie continue son cycle, voilà qui est rassurant. Yvonne veille au grain. Merci à elle pour son temps et son partage.