DEPUIS MA FENÊTRE…
Renée et Emile Gonzales

22 octobre 2021

L’OPH de la Meuse vous présente ses fidèles locataires à travers le département. Découvrez aujourd’hui Renée et Émile, un charmant couple de Verdun. Rencontre avec Émile et Renée, les farceurs de l’OPH de la Meuse

 

Il y a environ 3 mois, Émile et Renée ont été relogés dans un appartement spécialement adapté au handicap de Renée. Ce couple de septuagénaires a un parcours bien atypique. Ils sont locataires auprès de l’OPH de la Meuse depuis 16 ans déjà.


La petite maison de Verdun

Et non, Émile et Renée ne vivent pas dans un immeuble, mais dans une petite maison divisée en appartements. Il n’y a qu’un étage et ça, ça fait plaisir à Renée qui apprécie tout particulièrement le calme. Et plus qu’une vue par la fenêtre comme dans tous nos articles, ils ont la chance d’avoir une vue depuis leur jardin. En rez-de-chaussée, ils bénéficient d’un petit jardin où ils peuvent admirer la nature et se détendre au grand air. Avec une vue sur les arbres, il n’y a pas plus vert et plus reposant que cet espace extérieur.


Retour aux sources

Renée est originaire de Verdun. Mais, avant d’être locataires avec l’OPH de la Meuse, elle et Émile ont vécu pendant 26 ans dans le midi avant de revenir sur « les terres sacrées de notre Meuse ». Le chant des cigales, la fraîcheur matinale qui laisse place à la douce chaleur du Sud, les pins et la végétation si particulière… Rien à voir avec le climat de Verdun. Voilà un choc de température qu’ils ont accepté sans rechigner. Un véritable aux sources pour Renée, une adaptation plus difficile pour Émile, ces deux amoureux en ont vu du pays.


L’anecdote de Renée

On se dit souvent que les voisins d’immeuble ne se connaissent pas très bien. Et bien pour Émile et Renée, c’est tout le contraire. Leurs anciens voisins de palier sont devenus de très bons amis. Depuis 57 ans, ils ont créé une relation bien particulière. Si amicale, qu’ils aimaient se faire des blagues. Leur voisin avait pour habitude de laisser ses chaussures de travail sur le paillasson extérieur. Un soir, Renée a eu l’idée de… les peindre ! Oui oui, vous avez bien lu. Elle lui a peint ses chaussures. Et pour se venger, il a tambouriné à leur porte bien avant que le soleil ne se lève de bon matin. On est loin de l’image du bon voisinage discret, entre ces quatre-là c’était de la franche rigolade. Et le plus drôle dans tout ça, c’est quand Renée nous dit que son message à la jeunesse c’est d’être calme et de ne pas faire trop de bêtises. Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais comme le dit le célèbre adage. Merci à Renée et Émile pour leur bonne humeur.